Close

Archive for category: JOURNAL L’ÉCHAPPÉE

L’Échappée no5 26 juillet

Étape du lendemain

Étape #7 : Cette septième et ultime étape partira de l’hôtel de ville de Sennterre dès 15h, avant de quitter pour la municipalité de Belcourt. Ils entreront à Barraute pour la deuxième fois de la semaine vers 15h45. Ils passeront encore une fois par Landrienne avant d’entrer dans la ville d’Amos aux alentours de 16h45. Ils effectueront trois tours en ville avant de franchir la ligne d’arrivée pour la dernière fois en 2014. L’arrivée officielle est prévue à 17h17, si les coureurs maintenant un bon rythme. Ne ratez pas cette dernière chance de les voir!

Faits divers

Connaissez-vous Vincent Drouin? C’est le photographe de Vélo Gazette! Les étapes semblent plutôt dures pour lui puisqu’il profite du transport pour se rendre aux départs pour dormir. Preuve l’appui sur cette photo! Et pourtant, c’est le plus tranquille de tous le soir venu! À sa défense, on vous invite à aller voir ses photos sur la page Facebook de Vélo Gazette, il prend de très belles photos!

Une chute en fin de parcours change la donne

La cinquième étape du Tour de l’Abitibi Desjardins qui partait de Val-d’Or pour se rendre vers Amos s’est déroulée sans anicroche majeure, jusqu’au tous derniers kilomètres du dernier tour dans le circuit urbain. Une chute majeure a jeté à terre une dizaine de cyclistes qui se trouvaient en tête de peloton.
Cette chute aura permis à des coureurs plus en retrait de monter sur le podium. L’étape a été remportée par le Français Quentin Valognes, qui court pour l’équipe Novo Nordisk. Il avait remporté le Challenge Sprint, l’étape hors-concours qui se déroulait le lundi 21 juillet.
«Le lendemain du sprint j’ai fait 15e et après j’ai fait 8e, j’étais un peu déçu, je croyais que je n’étais pas à ma place, je voulais faire mieux. J’ai parlé avec mon coach et du coup il m’a dit que je devais faire comme si j’étais tout seul. C’est ce que j’ai essayé de faire. J’ai profité du travail des équipes nationales qui sont vraiment très fortes. J’ai fait comme au challenge sprint.»
Lors de cette cinquième étape, une autre équipe régionale américaine s’est démarquée grâce à Peter Goguen, de Race CF, qui a terminé deuxième. Le Français Adrien Carpentier est quant à lui monté sur la troisième marche du podium.
Ce dernier a d’ailleurs hérité du maillot orange, qui souligne le meilleur coureur aux points. Le maillot à pois est demeuré dans les mains du Marocain Abderrahim Zahiri, tandis que le maillot bleu du meilleur junior de première année est revenu entre les mains du Danois Matias Norsgaard Jorgensen. Le maillot brun a quant à lui abouti sur les épaules du Français Rayane Bouhanni.

L’Échappée no4 25 juillet

L’étape du lendemain

Étape # 6 : La 6e étape, qui se déroulera le samedi 26 juillet, se déroulera en circuit urbain. Les cyclistes devront parcourir 97, 2 km à l’intérieur des rues d’Amos. En tout, ils répéteront neuf fois le même parcours. Le départ sera donné à 17h15 devant la Cathédrale et la ligne d’arrivée finale devrait être franchie vers 19h28, si les cyclistes maintiennent un bon rythme. Ne manquez pas ce spectacle à l’intérieur même de la ville!

Faits divers

Pour la première année au Tour de l’Abitibi, l’organisation a décidé de faire un concours Instagram. Comment ça marche? Les équipes ont une liste de photos à prendre et à publier en identifiant les photos par le mot-clic #TourAbitibi et leur nom d’équipe. Une photo devant la cathédrale : 1 point, une photo avec le fondateur du Tour : 10 points, etc. Au total, il y a plus d’une centaine de points à cumuler pour le concours. À la fin de la semaine, l’équipe gagnante remportera 6 iHome. Voici quelques photos qui ont été prises par les équipes!

Les cousins français refont le coup

Pour la deuxième fois de cette 46e édition du Tour de l’Abitibi Desjardins, deux coureurs de l’équipe de France sont montés sur le podium lors de la quatrième étape qui se déroulait à Malartic. Adrien Touze et Adrien Carpentier ont devancé leurs adversaires à la toute dernière seconde.
La quatrième étape, qui partait de Malartic avant de faire le tour du lac Malartic à deux reprises puis de revenir au point de départ, en a été une très serrée. En effet, bien que quelques échappées aient eu lieu, le peloton a réussi à reprendre les devants et l’étape s’est jouée dans le sprint final dans les rues malarticoises.
C’est finalement le Français Adrien Touze qui a levé les bras au ciel, suivi de très peu par Jonathan Canaveral Vargas, de la Colombie, puis de son compatriote Adrien Carpentier. L’équipe de France a chanté la Marseillaise du début à la fin, la main sur le coeur, tout sourire devant leurs deux collègues qui trônaient sur les marches tant convoitées.

Quelques chutes
La quatrième étape, qui est la plus courte des étapes sur route, a également été marquée par d’importantes chutes. La première est survenue après un peu plus de 11 kilomètres et a impliqué une bonne dizaine de coureurs, dont plusieurs ont été très amochés. La seconde chute collective s’est produite alors qu’il restait moins de 5 km à faire à la course. À moins de 3 km de la ligne d’arrivée, on constatait qu’aucun coureur n’était en échappée et qu’un important peloton d’une trentaine de coureurs traverserait la ligne d’arrivée en quelques secondes.

L’Échappée no3 24 juillet

Étape du lendemain

Étape #5 : Cette cinquième étape est un retour dans la ville qui a accueilli le Tour pendant plusieurs années, soit Val-d’Or, le temps d’une étape. Les coureurs partiront de l’hôtel de ville, situé sur la deuxième avenue, avant d’entamer l’étape sur la route 397 en direction de Val-Senneville puis de Barraute. Ils passeront finalement par Landrienne avant d’entrer à Amos vers 18h52. Ils entameront ensuite le circuit urbain, comme à tous les soirs. S’ils maintiennent une bonne vitesse, ils atteindront la ligne d’arrivée officielle devant la Cathédrale vers 19h21.
Soyez là pour les encourager!

Faits divers

Vous auriez dû voir notre photographe, Christian Leduc, lorsque la présidente du Tour lui a dit qu’il se rendait au départ de la course avec le balai. On pouvait voir une certaine forme d’incompréhension sur son visage. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un balai comme sur la photo, il s’agit plutôt du dernier véhicule de la caravane.
Notre photographe est maintenant au courant!

Une longue échappée remportée par le Danois Jorgensen

À la suite d’une échappée de sept coureurs qui a pris forme dès le 21e kilomètre, le Danois Mathias Noorsgard Jorgensen a remporté la deuxième étape de la 46e éditiondu Tour de l’Abitibi Desjardins. Il a devancé au sprint final l’Américain William Barta et le Français Sébastien Havot.
Le gagnant a aussi enfilé les maillots brun, orange et bleu. Les deux premiers à titre de meneur aux points et au temps, et le troisième comme meilleur cycliste de première année de la course. «Je n’ai pas participé à une course de la Coupe des Nations cette année alors cette victoire là est fantastique pour moi», a-t-il mentionné, quelques minutes après avoir tout donné pour l’emporter.
L’échappée, qui aura duré près de 94 kilomètres, n’avait pas été planifiée et s’est déroulée sans stratégie particulière selon lui. «Ce fût une question de travail et d’attaque. Il n’y a pas vraiment eu de stratégie entre nous.» Avec 40 kilomètres à faire, l’écart entre les échappés et le peloton était de 4 minutes 30 secondes. Une distance énorme qui a été ramenée à trois minutes lorsque les cyclistes sont arrivés à Amos. L’écart creusé a fait partie de la stratégie finale du Danois.
«Nous savions que l’écart diminuait mais on n’y pouvait rien. Je n’avais plus de force dans les jambes. J’ai pensé à un moment y aller d’un sprint pour me distancer mais j’ai réalisé que ce serait mieux de rester groupé car il y avait de forts coureurs dans le groupe. Je me suis dit que je ne pourrais peut-être pas gagner, mais que j’avais une chance de podium.»

Zahiri persiste et signe

Le maillot à pois, remis au meilleur grimpeur, est demeuré sur les épaules du Marocain Abderrahim Zahiri, qui a encore offert une solide performance dans les épreuves intermédiaires qui se déroulent en cours d’étape. Mine de rien, la France s’est emparée d’un autre podium, portant son total à trois sur les six depuis le début du Tour. Un des membres de l’équipe canadienne, Pierre-André Côté, a aussi fait partie de l’échappée. Il a décroché la cinquième position lors de cette deuxième étape sur route.
L’Amossois Charles Roy (IAMGOLD-Specialized) a terminé l’étape en 90e place, pour un excellent résultat cumulatif qui le place au 63e rang. Jean-François Soucy (Team Canada) a terminé l’étape en 82e position, ce qui le classe au 108e échelon après deux étapes. Samuel Périgny (Équipe Québec) a pour sa part franchi la ligne d’arrivée en 110e place, pour un classement général au 101e rang. Mathieu Roy (Équipe Québec) occupe présentement la 112e place après deux étapes. Olivier Proulx-Fournier de Senneterre (IAMGOLDSpecialized) a quant à lui fini la course en 153e position.

Info-Vélo

L’antidopage : une mesure essentielle L’antidopage est une mesure essentielle au bon déroulement de toutes les compétitions sportives. Bien qu’il soit extrêmement rare que les cyclistes au niveau Junior utilisent des substances illicites, ceux-ci sont tout de même testés à la fin de chaque course. Au Tour de l’Abitibi Desjardins, ce sont les gagnants de chaque étape ainsi que quelques coureurs choisis au hasard qui doivent effectuer un test d’urine en laboratoire à la fin de chaque course. Les cyclistes sélectionnés doivent se rendre à l’antidopage immédiatement après chaque étape pour effectuer les tests exigés par le commissaire en charge de l’antidopage. Toutes les procédures de recueil d’urine se déroulent devant un chaperon pour éviter toute tricherie. En tout, ce sont plus de 14 000 tests de sang et d’urine qui sont prélevés par l’Union Cycliste Internationale à chaque année.

Résultats

Résultats individuels après deux étapes
1 NORSGAARD JORGENSEN, Mathias Danemark 05:04:06
2 BARTA, William États-Unis 05:04:14
3 BOUHANNI, Rayane France 05:04:15
4 HAVOT, Sébastien France 05:04:16
5 BAK KLARIS, Magnus Danemark 05:04:18

Classement par équipe après deux étapes
1 France 15:13:27
2 Danemark 15:13:29
3 Flagstaff Selection 15:13:46
4 Canada 15:13:46
5 États-Unis 15:13:46

Le connaissez-vous?

Denis Morin
Responsable du flatbed

Vous rencontrerez probablement Denis Morin à chaque départ d’étape. Ce dernier s’occupe du flatbed cette année, c’est-à-dire de la remorque qui transporte tout le matériel et les équipements nécessaires aux protocoles et aux départs des courses. Il installe le tout pour que les dignitaires puissent faire leur discours, que les drapeaux des pays soient présents, que la musique d’ambiance soit présente pour encourager les coureurs. Dès les coureurs partis, la désinstallation commence pour ramener le tout à Amos, prêt à repartir pour la prochaine étape. Bénévole depuis plusieurs années, Denis Morin adore le Tour de l’Abitibi. Allez lui parler, il vous transmettra sa passion. Toujours enjoué, on voit qu’il aime ce qu’il fait. Il a commencé son bénévolat à Rouyn-
Noranda en 2012 et précise qu’il va continuer encore des années puisqu’il est maintenant un jeune retraité. Cycliste amateur, il aime faire du vélo de montagne. L’avantage de la retraite, il peut en faire plus régulièrement

L’Échappée no2 23 juillet

 CableamosJournalEchappee
CableamosJournalEchappee
Print

Étape à venir

Étape #3 : Le Contre-la-montre individuel compte pour une demi-étape. Il aura lieu le jeudi matin, dès 8h15. Les coureurs partiront de la ligne de départ devant la cathédrale avant d’emprunter la 4e Avenue pour parcourir 5km. Ils feront alors demi-tour pour revenir à la ligne d’arrivée, le tout, le plus rapidement possible.

Étape #4 : La deuxième moitié de la journée sera consacrée au secteur de Malartic. Les coureurs partiront du Centre culturel et récréatif Michel Brière pour se diriger vers le Lac Malartic, qu’ils contourneront deux fois. Ils reviendront par la suite au point de départ, pour un parcours de 51,5 km. Le coup de départ sera donné à 18h15 et les coureurs devraient être revenus à bon port vers 19h30.

Faits divers

La nuit de dimanche à lundi aura été mouvementée pour une dizaine de personnes au Tour de l’Abitibi Desjardins. Imaginez la situation, à 2 h 30 du matin, un camion arrive directement de Montréal à la Polyvalente de la Forêt d’Amos. Le véhicule arrive avec environ 150 vélos à bord puisque plusieurs coureurs ont fait le trajet en autobus. Le véhicule était attendu tard en soirée par l’organisation, mais clairement pas aussi tard que ça. Les vélos devaient absolument être déchargés rapidement pour que le conducteur puisse repartir. Une partie de l’équipe du Tour s’est donc mise à l’oeuvre en pleine nuit pour retirer la précieuse cargaison. C’est en musique que la bande a travaillé au déchargement pendant de longues minutes. Heureusement, ils ont réussi leur mission spéciale grâce à l’aide d’entraîneurs et de mécanos de différentes équipes qui sont venus en renfort au beau milieu de la nuit.

Jour de gloire pour les enfants de la patrie

Plusieurs voyaient les Français comme de très sérieux prétendants aux grands honneurs du Tour de l’Abitibi 2014. Les cousins n’ont pas fait mentir les experts mardi soir en envoyant deux des leurs sur le podium. Partis de Rouyn-Noranda vers 16h30, quelques coureurs ont fait une chute à la suite de deux crevaisons. Comme l’incident s’est déroulé dans une zone neutralisée, qui ne comptait pas vraiment dans la course, l’organisation du Tour a permis à tous les impliqués de rejoindre le peloton, ce qui a entraîné un arrêt d’une dizaine de minutes.

À environ une trentaine de kilomètres de l’arrivée à Amos, deux coureurs ont décidé de prendre les rennes en s’échappant, soit le Français Rayane Bouhanni et le Danois Magnus Bak Klaris. Tous deux ont maintenu leur écart avec le peloton principal jusqu’à la fin, marquée par un sprint entre les deux athlètes, que le Français a remporté. Quelques secondes plus tard, un de ses coéquipiers, Léo Danes, a franchi la ligne d’arrivée pour donner un autre podium à la France. En terrain connu Bouhanni, qui connaît très bien le Danois, était tout sourire quelques minutes après l’étape. «Je connais une bonne saison et j’ai pas mal marché dans les compétitions jusqu’ici. Magnus et moi avons fait la Course de la Paix ensemble en République tchèque et c’est le contraire qui est arrivé alors. J’avais fini deuxième. Mais on s’entend bien ensemble. À la fin, nous avons donné tout ce que nous avions.» La journée sur les routes de l’Abitibi n’a pas été de tout repos pour les coureurs, alors que le vent s’est mêlé de la partie. «Ça a été une course très dure et il fallait bien gérer nos efforts pour s’assurer de finir. Je tiens à remercier l’équipe de France car je suis très bien entouré», a tenu à dire le jeune homme, qui était très heureux de voir un de ses coéquipiers monter sur le podium avec lui.

Deux maillots pour le vainqueur

Le Français Rayane Bouhanni a hérité des maillots brun et orange, respectivement à titre de meneur aux points et au temps. Le maillot à pois, remis au meilleur grimpeur, a été reçu par le Marocain Abderrahim Zahiri, alors que le bleu, qui souligne le meilleur coureur de première année de l’épreuve, a été octroyé au Danois Niklas Larsen.

Après deux jours de compétition, la présidente du Tour Suzanne Fortin n’avait que des éloges pour le déroulement. «La température est de notre côté malgré les menaces de pluie. Le comité d’organisation est très dynamique et motivé. Les équipes nous ont dit trouver l’accueil extraordinaire. Les coureurs se sont dits aussi très satisfaits de l’alimentation.»

L’Amossois qui a le mieux fait lors de cette première étape est Charles Roy, qui court pour l’équipe régionale IAMGOLD-Specialized. Samuel Périgny, qui court pour l’équipe Québec, a terminé
au 106e rang, alors que son compatriote Mathieu Roy a décroché le 124e rang. L’équipe du Québec a pour sa part pris le 10e rang du classement général. Jean-François Soucy, qui porte les couleurs d’équipe Canada, a terminé la course 118e, tandis qu’Olivier Proulx-Fournier, de Senneterre (IAMGOLD-Specialized), a franchi la ligne d’arrivée en 158e position.

Info-vélo

Les jambes rasées : mythe ou réalité?
Plusieurs personnes remettent en question l’utilité pour les cyclistes de se raser les jambes. Bien que cela n’aide pas vraiment à prendre de la vitesse, le rasage comporte plusieurs avantages. En premier lieu, cela facilite le traitement des blessures lorsque les cyclistes chutent. Le fait de ne pas avoir de poils diminue le risque d’infection, permet aux plaies de mieux cicatriser et facilite l’application de pansements. Deuxièmement, les jambes rasées sont idéales pour la massothérapie. En effet, les jambes lisses facilitent l’application de crème par les massothérapeutes et permettent aux huiles et différentes crèmes de mieux pénétrer. Finalement, c’est surtout une question de tradition et d’esthétisme pour les cyclistes qui aiment exhiber leurs jambes bien musclées !

 CableamosJournalEchappee
CableamosJournalEchappee
Print

L’Échappée no1 22 juillet

L’étape du lendemain

La deuxième étape du Tour aura lieu le mercredi 23 juil-let, avec comme point de dé-part le Colisée de La Sarre. Les coureurs quitteront le site à 16h45 et emprunte-ront la route 393 vers Pal-marolle, avant de passer par Ste-Rose. Ils poursuivront leur route vers Taschereau, puis Launay, Villemontel et Trécesson. Ils entreront dans la ville d’Amos vers 19h, avant d’entamer le circuit urbain pour donner tout ce qui leur reste. Ils franchiront la li-gne d’arrivée officielle, située devant le parc de la Cathédrale, vers 19h26. L’étape totalise 115,2 kilomètres.
Ne manquez pas ça!

L’Échappée, votre quotidien

Pour une huitième année consécutive, le Tour de l’Abitibi a le plaisir de vous présenter l’Échappée, un quotidien remis aux spectateurs des courses. Vous y retrouverez, entre au-tres, les nouvelles du jour, les résultats, la météo et des ru-briques d’information sur le cyclisme et le Tour.
Surveillez les bénévoles qui distribuent l’Échappée près de la ligne d’arrivée et dans les rues du circuit urbain. N’hési-tez pas à leur faire part de vos commentaires. Nous espé-rons que ce quotidien saura vous divertir et vous informer en attendant l’arrivée des coureurs.

Un bon départ pour l’Amossois Mathieu Roy

Le Tour de l’Abitibi Desjardins 2014 est officiel-lement sur les rails. La première journée toute amossoise du lundi 21 juillet a été marquée par la présentation des équipes en lice, de la Balade populaire Desjardins et du Challenge Sprint Abi-tibi, au cours duquel l’Amossois Mathieu Roy a tenu ses fans en haleine.
Les 28 formations qui batailleront toute la semaine sur les routes de la région ont été présentées de-vant quelques centaines de personnes, vraisembla-blement avides de vélo. Les Amossois Jean-François Soucy (Canada), Samuel Périgny et Mathieu Roy (Québec), ont été les plus applaudis par les specta-teurs, de même que les porte-couleurs de l’équipe régionale abitibienne Iamgold.
Parmi les équipes à surveiller, notons la France, qui occupe actuellement la première place à la Coupe des Nations, de même que le Danemark, qui suit tout juste derrière. Quelque 11 équipes sont originaires des États-Unis, dont les cyclistes de la formation Southeastern Regional, qui arboreront les couleurs de la ville d’Amos à titre de représentants de la ville hôtesse.
Une formation américaine, Team Novo Nordisk, est entièrement composé d’athlètes souffrant du diabète de type 1. Elle compte dans ses rangs deux cyclistes de nationalité espagnole.

Les athlètes se sont mesurés

La première compétition sportive dans le cadre du Tour a été le Challenge Sprint Abitibi, pour lequel chacune des équipes avait délégué l’un des siens. Deux Amossois étaient dans la course, soit Charles Roy, de l’équipe régionale junior Iamgold, ainsi que Mathieu Roy, aussi d’Iamgold, mais qui porte le maillot fleurdelisé le temps du Tour. À noter que les deux athlètes ne sont pas parents.
Par vague de quatre, les 28 coureurs devaient rivaliser d’abord de stratégie et ensuite de vitesse en effec-tuant un aller-retour de 400 mètres. Les deux premiers à franchir la ligne d’arrivée de chaque vague pas-saient au tour suivant. Si Charles Roy a vu ses espoirs stoppés dès sa première présence, Mathieu a atteint la finale consolation, qu’il a terminée en 2e place, donc 6e au total. Le grand gagnant du Challenge, qui a semblé être très apprécié par le public, a été Quentin Valognes, de l’équipe Team Novo Nordisk.

Les Français se démarquent dès la première journée

Dès les premiers coups de pédales donnés dans le ca-dre du 46e Tour de l’Abitibi Desjardins, les coureurs français ont fait tourner les têtes des Amossois réunis aux abords de la ligne d’ar-rivée.
Cette 46e édition a débuté avec une épreuve hors-concours, le Challenge sprint Abitibi, qui aura servi à iden-tifier les cyclistes à surveiller au courant de la semaine. Chaque équipe a envoyé son meilleur sprinteur se mesurer aux autres et ce sont deux coureurs d’origine française qui ont pris les devants, pour deux équipes différentes. Quen-tin Valognes, qui court pour l’équipe Novo Nordisk, a franchi la ligne d’arrivée avec une bonne longueur d’avance sur ses adversaires à chaque ronde du Challenge. Son compa-triote français, Adrien Carpentier, l’a suivi de quelques fractions de seconde.
L’équipe de France n’avait pas pris part au Tour de l’Abitibi depuis 2011 et a su épater la galerie dès le départ. Ils mériteront une surveillance accrue tout au long de cette 46e édi-tion, alors qu’ils trônent au sommet du classement de la Coupe du monde junior de l’Union cycliste internationale.

Info-Vélo

Le rôle de l’équipe permanente
Le Tour de l’Abitibi Desjardins : une des plus grosses courses Junior au monde inscrite dans le circuit Coupe des nations, 6 jours de compétition intensive, plus de 170 coureurs, une trentaine d’équipes et pourtant, seulement 5 personnes et une vingtaine de bénévoles pour tout mettre en place! Pendant l’année, la directrice générale est la seule employée et doit donc gérer de multiples dossiers : rencontrer les différentes villes, trouver des parte-naires, des bénévoles pour le comité organisateur et des employés pour la période estiva-le. Les autres membres de la permanence se joignent à la directrice au début de l’été et se chargent du recrutement des équipes, du déplacement, des repas, des permis, des vête-ments promotionnels, des médailles, de la location et l’achat de matériel, des communica-tions et des partenaires. Beaucoup de travail, mais quelle récompense de voir de tels résultats !

Mot du maire

La Ville d’Amos est heureuse de vous souhaiter la plus cordiale bienvenue à cette 46e édition du Tour de l’Abitibi Desjardins.
C’est avec une grande fierté qu’Amos, le « Berceau de l’Abitibi », vous reçoit pour cet événement régional annuel tant attendu d’an-née en année. De surcroit, en 2014, elle souli-gne son 100e anniversaire qui est marqué de nombreux rassemblements comme celui-ci.
Notre expertise organisationnelle nous a permis de mettre tous les efforts en place afin de ren-dre votre séjour des plus agréables et de vous offrir une compétition à la hauteur de vos atten-tes. Nous sommes convaincus que vous en gar-derez d’excellents souvenirs.
Les membres du conseil municipal vous remer-cient de vo-tre présence et profitent de l’occa-sion pour féliciter tous les membres de cette belle organisa-tion qui ont à coeur, tout comme nous, le développement de notre belle jeunesse sportive.

Bon séjour à Amos,
Ulrick Chérubin
Maire de la Ville d’Amos

Mot de la présidente

Bonjour à tous et à toutes et bienvenue à la 46e édition du Tour de l’Abitibi Desjardins, l’événement cycliste le plus prestigieux et le plus ancien en Amérique du Nord. Au nom des membres du conseil d’administration, nous sommes enchantés de pouvoir présen-ter notre événement à l’occasion des 100 ans de la ville d’Amos.
À nos partenaires régionaux et pro-vinciaux, je vous remercie pour vo-tre générosité et votre support qui nous permettent d’organiser le plus gros événement sportif en Abitibi-Témiscamingue et nous donnent la chance de nous sur-passer année après année.
En tant que présidente et bénévole, je suis toujours impressionnée par l’implication et le travail acharné du comité organisateur, qui a su relever le défi que représente l’organisa-tion du Tour, encore une fois. Votre rigueur et votre énergie sont réellement inspirants !
Toutefois, c’est surtout vous, cher public, qui contribuez au succès et à la renommée du Tour cycliste de l’Abitibi. Votre engouement et votre enthousiasme pour le Tour de l’Abi-tibi Desjardins nous rappellent à chaque an-née pourquoi cette tradition est si bien éta-blie dans notre région. À tous, je vous souhai-te un excellent 46e Tour !

Suzanne Fortin
Présidente du conseil d’administration du Tour cycliste de l’Abitibi Inc.

Merci et à l'année prochaine!